Skip to content

« Les belles truites de l’Amérique, je veux les avoir, et je les aurai »

27 mars 2012

Cette année je n’ai pas pu faire l’ouverture de la manche courte, mais heureusement que mes potes Fanch et Flo sont la pour nous en mettre plein les yeux ! Enjoy !

Il faut parfois faire preuve d’une certaine ingéniosité pour briller au bord de l’eau, surtout le deuxième samedi de Mars, quand sévit la saKRO-sainte « Ouverture ». C’est donc en toute logique que mes compères et moi-même nous sommes habillés en Américains, nous permettant à coup sûr de tromper plus facilement la méfiance des truites arc en ciel, nobles salmonidés d’origine américaine, relâchées en masse quelques jours avant l’ouverture dans le cours d’eau principal du Pays Bigoudens. Nous sommes donc trois américains à arpenter la fameuse rivière de Pont-l’Abbé : Flo le cowboy du Texas, Antoine le pervers Newyorkais, et moi le coach Californien, accompagnés par Gabi notre indispensable guide local.

Le réveil sonne tôt et c’est après un bon petit-déj et un ultime lissage de moustache 100% US que notre joyeuse équipe se dirige vers la rivière, portée par le chant des tourterelles et stimulée par la fraîcheur matinale. Une fois au bord de l’eau chacun prend ses marques… Handicapé par des waders trouées bien moins confortables que ses habituelles santiags, Flo ne se laisse pas abattre : il dégaine rapidement et tire (de l’eau) une jolie fario made in bassine. Bravo Cowboy!

L’heure tourne et c’est en passant le premier pont que nous nous rendons compte qu’une horde de fendus d’la gaule sillonne déjà le bord de l’eau : il va falloir jouer des coudes! Je décide de prospecter un petit pool où Flo vient de se prendre une tape, et sort coup sur coup deux truites manches courtes à la défense redoutable : un vrai régal sportif pour le coach que je suis!

En remontant la rivière nous enchainons les loupés et autres décrochages, la partie n’est pas gagnée d’avance avec ce faible niveau d’eau et la forte sollicitation de la part des pêcheurs : chaque veine de courant et chaque pool voient passer nombre de leurres, vairons, vers… Notre guide Gabi nous montre enfin la voie à suivre et, alors qu’il combat une truite d’un bon 31.6 cm, le jeune Texan en ferre une autre et signe ainsi le premier doublé de la journée : all right guys!

Il faut dire qu’en ces heures Dame Fario Bassina se montre peu farouche : malgré ma tenue flashy, l’une d’elles est venue 6 fois de suite attaquer mon Jubarino alors qu’elle se postait à moins de 3 m en face de moi, la brave bête s’est finalement décrochée à mes pieds. Une vrai challengeuse cette truite, elle aura fini par vaincre le coach! Monsieur le Pervers Newyorkais a mis du temps à se remettre d’un décrochage de la première heure (vous savez, quand l’émotion vous gagne…) mais sort enfin sa première truite : bien joué Antoine!

Elle retourne bien vite à l’eau rejoindre ses copines de lâcher. Flo et moi enchainons d’ailleurs avec deux de ses cousines.

Nous sommes à présent arrivés à l’étang, et croisons les vieux habitués, leurs regards sont parfois étonnés, voire dévisageant : « Mais d’où sortent ces Américains ?! ». Ici, on gagne le respect au nombre de truites qui pendouillent à la sacoche ou qu’on exhibe vautrées sur le bord du chemin, autant dire que nous n’étions pas les meilleurs à ce jeu… Nous essayons toutes sortes de cuillères et de PN mais c’est finalement le guide Gabi qui sort la première truite de l’étang, et en grattant le fond au LS s’il vous plaît!

Nous retrouvons rapidement un ptit coin qui avait fait ses preuves il y a 3 ans : il est toujours valab’ puisque 3 arcs se sont jetées à la suite sur ma cuillère et sur celle de Flo. Ces poissons américains sont tout de même plus hargneux, et pimentent souvent le combat de quelques chandelles : the show is goin’on !

C’est pas le tout mais ça donne faim tous ces lancers, heureusement qu’un rigoureux et copieux PPVR nous attend. Remarquons d’ailleurs que certains pêcheurs sont particulièrement bien équipés sur ce point.

Une fois rassasié, Antoine le pervers Newyorkais nous quitte, soit disant pour aller faire un « contrôle technique »… Flo et moi retournons sur l’étang après quelques lancers peu précis en rivière, le calme du plan d’eau sera plus propice à une bonne digestion, hips !

Nous enchaînons alors quelques décrochages et suivis mais l’activité et notre concentration ne sont pas au beau fixe. Il faudra attendre le retour de notre guide Gabi qui, revigoré par une bonne sieste, nous montre quel bout de ferraille utiliser… Et ça marche pour lui et le cowboy, d’où ce superbe doublé de truites-fuselées-à-dents-nombreuses qui vont très rapidement pouvoir retourner à leurs occupations printanières…

Mais le coach n’a pas dit son dernier mot : voulant tout miser sur le flashy, je prospecte l’eau avec un crank fluo qui ne laissera pas indifférentes deux Dames Fario Bassina. Peu après, Gabi ferre une autre bassine. Ces fishs clôtureront la session : une bonne ouverture, finalement plutôt pauvre en manches courtes mais toujours riche en rigolade !

J’en profite pour remercier le travail des AAPPMA, en espérant que, comme on nous l’a dit (à vérifier), les farios relâchées sont triploïdes et ne risquent donc pas de polluer génétiquement la souche locale déjà plutôt affaiblie dans cette partie de la rivière, et qu’elles vont même être rapidement viandées pour ne pas faire de compétition avec les quelques truites sauvages qui y subsistent. Une pensée pour Tom qui, exilé à Bordeaux, n’a pas pu se joindre à nous pour cette ouverture américaine : y’en aura d’autres !

Je vous propose de méditer sur quelques affirmations qui ont glissé jusqu’à nos oreilles :

« Y a vraiment pas d’eau… ça sera fermé dans deux mois ! Là l’eau est pas oxygénée, alors les truites sont postées dans les zones à forts courants » (à propos des farios manche courte, mauvaises nageuses mais plutôt tolérantes à l’hypoxie)

« En mer, le mieux c’est le nylon, et du gros hein ! Du 40 centièmes au moins !!! » (clamé haut et fort : on l’a entendu alors qu’on était de l’autre côté de l’étang)

« Ha, on va retrouver des photos sur le site de la SeaBass ! » (des pêcheurs en voyant nos dégaines)

THAT’S ALL FOLKS, KENAVO !

Fanch

Publicités
2 commentaires leave one →
  1. vince permalink
    27 mars 2012 20 h 44 min

    apparemment j’avais raison, on retrouve bien des photos sur le site…lol.en tout cas report sympa, continuez comme ça les gars, ambiance pechouille relax avec ppvr, que du bon!

    J'aime

  2. Fanch permalink
    29 mars 2012 11 h 12 min

    Merci!!! Quelqu’un pourrait-il confirmer si les truites lâchées sont bel et bien « triploïdes »?

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :