Skip to content

« Pollack Run » hivernal!!!

19 mars 2012

Le titre de cet article image cette conquête que représentait pour nous la pêche du Pollack, ce graal de la pêche hivernale. De longues navigations au taquet pour atteindre des spots bien plus éloignés que nos terrains de jeu habituels.

Comme vous avez déjà pu en avoir un petit aperçu précédemment grâce à Sylvain nous avions décidé cette année que nos hivers ne devraient plus ressembler aux précédents, rythmés uniquement par des sessions rockfishing soporifiques. Le Rockfishing ca va un moment mais quand vous aimez comme nous faire plier du carbone on ne peut pas dire que se contenter de tacauds, lieus et autres gobies du 1er Janvier au 31 Mars, soit des plus passionnants même si je vous l’accorde, la pêche ne se résume pas qu’à prendre du poisson mais aussi se retrouver entre potes, prendre l’air etc…

C’était donc clair ! Nous étions dans les starting blocks pour ce « Pollack Run » hivernal!

Nous avions donc ajouté à nos sessions de la saison 2011 de la prospection pour avoir un minimum de pistes à explorer le moment venu. Etudes sur carte, prospection au sondeur, repérages, bref ! Du temps qu’on pourrait estimer être perdu en pleine saison du bar mais qui au final nous a apporté un maximum.

Ce report est un condensé des 5-6 grosses sorties que nous avons pu faire dans le mois de Février. Certaines plus fructueuses que d’autres mais généralement marquées pour les plus pauvres par deux-trois poissons de taille correcte.

Nous avons donc commencé à aller vers la mi-janvier sur les spots repérés en choisissant de sortir les jours de faible coefficient de marée et par météo plutôt clémente. La houle, le vent et les gros coefficients sont clairement nos ennemis dans ce genre de pêche dans la mesure ou les spots sur lesquels nous allions pêcher étaient très marqués et limités. Pêcher par 30 à 60m de fond avec 2 à 3 mètres de houle, du vent et un courant nous faisant dériver à 1.5 ou 2 nœuds aurait été assez délicat voire même impossible quand on veut toucher et rester un minimum de temps sur les « strike zone » que pouvaient être une patate de roche de 20m x 20m ou une épave de 30m de long.

Certaines détections ont été vraiment énormes à l’image de celles que je vous présente dans ce report. On distingue sur certaines, les poissons vraiment actifs et décollés du fond laissant augurer une partie de pêche plutôt riche en émotions…

Quelques techniques ayant chacune leurs avantages et inconvénients nous ont permis de faire de belles pêches. A gratter, en traction et celle que j’appellerai le Yo-yo!

Pêcher à gratter et en traction, techniques que vous connaissez, nous aura permis de toucher des poissons  calés au fond ou sur les épaves. Par contre la quantité de leurres laissés sur la roche ou sur l’épave nous a vite fait abandonner pour passer au Yo-yo qui consiste à faire décoller nos leurres du fond en récupérant à l’aide du moulinet et en pêchant à l’aplomb du bateau. Nous n’avons pas hésité pas à remonter nos leurres dans la couche d’eau de 10-15-20m en marquant des stops et en variant les vitesses de récupération et en ouvrant le pick-up pour regagner le fond si rien ne se passait. C’est lors des stops ou ralentissement que les Lieus ont tapé dans nos leurres ou sur les phases de redescente du leurre. Ce qui est halucinant c’est de voir des lieus taper dans le leurre alors que vous êtes en fin de récup, décollé de 20m du fond. En voyant la capture d’écran du dessus on voit qu’il y a une épaisseur de 20m de poissons et des poissons actifs aux alentours des 35-37m…

La plupart du temps, sur les phases de récup, les touches étaient ni plus ni moins que des grosses pertes de contact et sur les phases de descente ont avaient plutôt l’impression de toucher le fond trop tôt. On ne peut pas dire que les touches soient celles que nos amis les Bars nous infligent, les Lieus sont plus sournois et il n’est pas rare de ferrer dans le vide deux trois fois suite lors d’une perte de contact avant que le poisson ne soit pendu… On a d’ailleurs eu de bonnes tranches de rigolade à bord avec ça. Voir le collègue ferrer dans le vide comme un abruti 3-4-5 fois ça vaut son pesant de cacahuètes.

Par contre, se qui est vraiment jouissif c’est qu’un ferrage réussi débouche sur des premiers rushs assez hallucinants. C’est sûr qu’on est loin de la pêche exo et ses GT mais pour nos eaux françaises c’est déjà un pur bonheur. Les poissons qui seront remontés de 15m dans la couche d’eau avant d’engloutir votre leurre n’auront qu’une idée en tête ; retourner au fond à Mach 2! Rien que d’écrire ces lignes j’en ai le sourire aux lèvres…

Passés les premiers rushs et les premiers 10 mètres de remontée, ils n’offriront plus beaucoup de résistance du fait de la décompression. S’en suit donc un pompage fatiguant pour remonter le poisson au bateau. A ce sujet, je ne peux pas vous parler de cette pêche sans évoquer le coté physique de celle-ci. Les doubles ou triple ferrages de mammouth, les pompages interminables feront qu’à la fin de la journée voire même bien avant, vous aurez le bras en miettes alors prenez votre abonnement à la salle de muscu en décembre histoire de bien commencer l’échauffement (lol). Je ne vous parle pas du matériel qui a souffert au même titre que nos bras…

Pour en revenir aux poissons certains d’entre eux ont subit une trop violente décompression arrivé au bateau mais pour ceux qui nous paraissaient être en forme nous ne nous attardions pas à prendre des photos et les décrochions rapidement pour que sous l’impulsion d’un release façon pêche exo ils puissent repartir. Voyez d’ailleurs que ca marche, comme le montre la capture d’écran de notre Humminbird 1198c SI réalisée après un release. On voit clairement le fish redescendre et venir se stabiliser 4 à 5 mètre au dessus du fond. Un pote vient d’ailleurs lui rendre une petite visite  comme indiqué sur la capture. Il est clair que ça ne marchait pas à chaque fois mais au moins ceux qui repartaient nous permettaient de pêcher plus longtemps. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle nous n’avons pas beaucoup de photos mais rassurez vous coté vidéo je suis entrain de vous préparer un truc aux petits oignons assaisonné de double ou triples ferrages, de rushs interminables et autres petites surprises qui j’en suis sûr vous feront plaisir.

Coté leurres, chez SAKURA, au Majikeel 220 dans à peu près tous les coloris montés sur les têtes Makaira 70 et 90grs, au Punshad-T 150 et 180 en coloris chartreuse et Clear blue holo montés sur des têtes plombées Fishead 75 à 95grs. Du coté de chez MOLIX on a principalement pêché au Jugulo Cating Jig en 80grs, Jugulo LV 150, Theos 120 et 150 et Sylvain c’est même essayé au Kiku !

On aura fait sur ces sessions des poissons calibrés pour la plupart à 85cm et 2 beaux spécimens de 1 mètre pour Sylvain et 97cm pour moi.

Au passage, je profite de cet article pour rappeler que certains jours ou toutes les conditions sont réunies et que les poissons se battent pour monter dans le bateau il faut savoir être raisonnable. Nous avons, dans un soucis de « prélèvement raisonné et raisonnable » limité notre prélèvement à 3 poissons par personne et par sortie ce qui nous a valu lors d’une d’entre elles de rentrer 2h30 après avoir quitté le port tellement les poissons étaient bon public. Nous aurions pu rentrer avec 10-15 poissons dans le fond du bateau certaines journées mais ce n’est pas comme vous le savez, notre manière de faire. Ce n’est pas parce qu’il ne s’agit pas de Bar qu’il faut faire les même erreurs que celles qui ont été faites sur la gestion de ce dernier.

Ces sorties au large nous auront permis de croiser régulièrement Flipper et ses copains qui, il faut le dire, nous ont porté chance à chaque fois !

Pour finir, on ne peut cacher notre impatience de retrouver ces violents et respectables combattants que sont les lieus et ce avant le début de la saison du Bar sur des roches dans un peu moins d’eau…

Vivement le prochain Pollack Run!

Have fun !

Publicités
10 commentaires leave one →
  1. Nonal permalink
    19 mars 2012 15 h 14 min

    Vivement les vid’z alors 😉

    ++

    J'aime

  2. steven permalink
    19 mars 2012 19 h 37 min

    Pareille que Nonal !!

    J'aime

  3. dutheil permalink
    19 mars 2012 22 h 57 min

    sur quel secteur la peche?

    J'aime

    • 19 mars 2012 23 h 50 min

      Entre Les Sables d’Olonne et Douarnenez 😀

      J'aime

      • 23 mars 2012 12 h 04 min

        Ah ouai, l’est sympa ce spot…

        Merci pour le report! Jolies pêches l’Usine à Lieux!

        J'aime

  4. latruite permalink
    28 mars 2012 10 h 06 min

    A propos de la période de reproduction du lieu : http://www.marlin.ac.uk/speciesinformation.php?speciesID=4155

    “This is both a solitary and shoaling species, more likely to shoal during spawning events. Spawning in Pollachius pollachius occurs up to ca 100 meters depth between January and April, with the greatest intensity during March (Wheeler, 1969).”

    « C’est une espèce aussi bien solitaire que grégaire, plutôt en banc durant la période de reproduction. La reproduction de Pollachius pollachius a lieu jusqu’à environ 100m de profondeur entre janvier et avril, avec une plus grande intensité durant mars ».

    A méditer et militer!!!

    J'aime

    • Fx permalink*
      28 mars 2012 10 h 59 min

      Salut,

      Merci d’avoir apporté ces précisions. Tu auras d’ailleurs compris que mon passage sur le prélèvement « raisonné et raisonnable » dans l’article s’y rapporte et que celui sur la gestion de la ressource du bar également.
      Tu auras donc compris que nous militons dans ce sens…enfin j’espère.

      @+
      Fx

      J'aime

  5. latruite permalink
    28 mars 2012 11 h 25 min

    donc pêcher (et garder) 3 bars par personne au mois de février, pas de souci non plus?

    J'aime

    • Fx permalink*
      28 mars 2012 12 h 10 min

      Je sens que tu as envie de lancer un débat…
      Ai-je à faire à un Troll? En tout cas je vais essayer de répondre de manière objective, si j’y arrive!

      Les spots sur lesquels nous pêchons ne sont pas du tout les mêmes que les frayères à Bar qui sont elles inaccessibles pour nos embarcations. Aussi, vu le peu de bateaux/pêcheurs capables ou motivés pour aller pêcher sur ces zones à Lieu (assez éloignées de la cote), l’impact que ces derniers peuvent avoir sur la ressources (si la pèche y est raisonnable encore une fois…) n’est pas celui d’un chalut sur une frayère à Bar sur lequel on lève 2-3 tonnes par trait. Par contre je connais peu de chalutiers passant sur une épave ou sur une roche susceptible(Zone de tenue des Lieus en cette saison) de les faire couler par l’arrière. Certes il y a des fileyeurs mais ils n’ont pas du tout le même impact.
      Je sensibilisais donc les quelques pêcheurs ayant accès aux spots à Lieu l’hiver sur le fait qu’il est impératif de prélever de manière raisonnée.
      En prenant cela en compte je pense qu’on ne peut pas faire l’amalgame entre ces 2 poissons qui ne subissent pas la même pression de pêche.
      Pour finir je ne pourrai pas répondre à ta question puisque je n’ai pas connaissance de plaisanciers pêchant sur des frayères à Bar ou tout simplement susceptibles d’en pêcher en Février.

      J’apprécie en tout cas ton esprit moralisateur.

      Fx

      J'aime

  6. latruite permalink
    28 mars 2012 14 h 32 min

    lancer le débat pour sûr, car je n’arrive pas à comprendre l’opprobe qu’on peut jeter sur un pêcheur, qu’il soit récréatif ou professionnel, lorsque celui-ci pêche le bar entre janvier et mars, sous prétexte de ne pas respecter le repos bilogique, et parallèlement l’apologie qu’on peut de la pêche du lieu en cette même saison!

    pour info, il y a actuellement de beaux apports de lieu en ce moment sous les criées, ils sont donc bien pêcher par les pêcheurs pros également! et que dire de l’étalage de gros lieux fait par les plaisanciers en ce moment (il n’y a qu’à parcourir les forums…).

    tous les poissons devraient avoir le droit au même combat, visiblement et grâce à divers arguments plus ou moins étayés, ce n’est pas le cas…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :