Skip to content

Qui voit les Glénan prend un gros vent !

29 juillet 2011

Ça y est, le jour J est arrivé, nous piaffons d’impatience depuis près de 2 jours, et traçons en cette fin de jeudi après midi vers Port La Foret, pour nous installer au camping avant d’aller mettre le bateau à l’eau. Au final nous arriverons trop tard, et le laissons sur le parking du camping en attendant le lendemain matin.

Après la traditionnelle soirée montage, collage et roulage de leurres, nous voilà d’attaque vers 8h pour la journée de pré-fishing. Peu de pêche au menu, afin d’éviter de rincer les spots, mais beaucoup de prospection au sondeur et au Side Imaging afin de cibler les  zones les plus intéressantes. Notre repérage de la semaine précédente se confirme, à savoir qu’il n’y a à priori pas beaucoup de poisson dans les zones shallow, notamment la chambre. C’est con, nous allons devoir laisser de côté la partie finesse pour aller jouer dans un peu plus d’eau, ce qui est d’autant plus regrettable car les couleurs des zones shallow n’ont rien à envier à certaines cartes postales polynésiennes.

Sur une grande dérive balayée par un joli courant, je pique un joli poisson au Punshad sur la Furiozza 662M. La canne encaisse bien les gros coups de tête, et après un combat « furtif » canne basse, car on n’est pas tous seuls sur la zone, je grippe un superbe poisson de 78 cm. Reste plus qu’à le reprendre demain avec 4 autres potes à lui !

Il repart illico a la baille, la zone est validée; nous dégageons donc pour aller casser la croute avec les FIIISHEUX, non sans avoir encore marqué quelques zones supplémentaires au Side.

Le début d’après midi est très calme, peu de courant et une bonne grosse pétole, nous décidons donc de rentrer tranquillement à Port Laf, manière d’être bien d’attaque pour demain. Petite soirée pizza / foot (honte sur l’équipe de France), et on retourne au camping pour une courte nuit, peuplée de 80up à tire larigot et de ferrages d’anthologie…

Le réveil sonne à 5h30, toilette de chat et direction le petit déj’ et le briefing. Nous chargeons tout le matos dans le bateau, et là, catastrophe, avec la délicatesse qume caractérise, j’accroche mon futal dans la manivelle du Caldia de FX qui explose sous la légère traction opérée par ma personne…la grosse tuile, le moulin est inutilisable, FX a le moral dans les chaussettes, manquait plus que ça pour bien démarrer la journée…Je me mets donc en quête d’un moulin de rechange, et au bout d’un quart d’heure d’errance sur le ponton, je tombe sur l’homme providentiel, Charles, qui sans aucune hésitation nous prête un Stella 2000 flambant neuf, spoolé avec de la G-Soul. Merci encore Mr Charles, tu nous a sacrément tiré d’affaire sur ce coup là; à ce sujet on te doit une (voire plusieurs) bolées ! Je ne suis pas certain que tout le monde aurait fait pareil étant donné les circonstances.

Le convoi se met ensuite tranquillement en route vers la zone de départ, à une vingtaine de nœuds.

La meute est lâchée presque à l’heure, et tout le monde file à bloc vers la zone choisie. De notre côté, nous avons choisi une option qui a priori semble bonne puisque des oiseaux sont posés sur l’eau lorsque nous arrivons. Manque de bol, nous nous apercevons que ces cons là sont en train de picorer des mouches qui ont éclos par milliers ces derniers jours sur l’archipel…nous attaquons la prospection de cette zone, mais nous galérons pour toucher les 1ers poissons, alors qu’une autre équipe présente sur la zone a déjà validé qques poissons. Nous touchons enfin un 42,5, et un autre non maillé que nous collons au vivier.

Un grand Merci au passage à Stéphane BREGEON, photographe de talent pour les photos réalisées sur l’eau.

Le moral reprend, et nous continuons de peigner la zone avec acharnement. Au bout de 3 heures de vieilles sans aucun bar, nous décidons d’aller faire valider notre seul poisson. Manque de bol, il est tout stressé et tordu dans la goulotte et la mesure indique 41…il est pourtant maillé, mais rien a faire le poisson ne sera pas validé… je suis dégouté, tout est à refaire.

Nous changeons donc de zone, et sur le premier passage je me fais atteler par un joli poisson, qui remonte la veine d’eau et m’explose en beauté. Le moral est au plus bas, nous décidons donc de casser la croute afin de repartir sur des bases saines un fois le ventre plein. Mais rien n’y fera, l’après midi se résumera à un Open vieille. Nous rentrons donc au port sans aucun poisson maillé, complètement blasés.

Nous croisons Nico et Manu de l’équipe Ultimate devant le PC course, qui nous apprennent qu’une dizaine d’équipe (dont eux) sont disqualifiées de la manche pour excès de vitesse dans la Chambre, limitée à 10 n. A priori certains bateaux on coupé la zone à près de 40 n, alors que lors du brief cela avait bien été précisé. Décision courageuse de la part de l’organisation. Nous apprendrons cependant plus tard que seulement 50 points de pénalité seront appliqués…une curieuse façon de couper la poire en 2 pour contenter tout le monde…Soit on sanctionne, soit on ne sanctionne pas…mais cela n’engage que moi.

Bref passons…la fatigue de la journée est vite oubliée après l’apéro, et surtout face au cochon grillé / gratin dauphinois de compétition qui nous est servi. Un grand coup de chapeau aux organisateurs pour ce banquet digne d’un album d’Asterix..

2eme jour on prend les mêmes et on recommence…

(Merci à Cédric pour la photo)

Le détail qui change c’est que nous ne toucherons aucun bar de la journée, alors que certains bateaux autour de nous s’en donnent a cœur joie…nous allons douter de nous mêmes toute la journée, en changeant de spot, de leurre, d’animation, bref rien n’y fait…le découragement nous gagne tour à tour au fil de la journée, et rester concentré dans ces conditions s’avère particulièrement difficile.

A 1/2h de la fin, nous tentons en désespoir de cause un spot que FX sent bien…manque de bol, dans la précipitation, nous croisons nos tresses, je ramène mon vis shad pleine balle pour me démêler, et BING grosse cartouche ! Vu le démarrage c’est un bar….le seul bar du WE aura été pris à deux, il faut le faire… le poisson est correct, un bon 55up, nous insistons sur la zone pour tenter un bouclage de quota façon TGV, mais rien à faire. Nous traçons donc pleine balle vers l’émargement, afin de valider le poisson au passage. Comme quoi, il ne faut jamais désespérer et ne rien lâcher jusqu’au bout.

Ce 58 cm sauve l’honneur de ce WE particulièrement difficile pour nous…Malgré un repérage et un préfishing satisfaisant, nous sommes passés complétement à côté de la compet’, contrairement à d’autres qui ont plutôt bien réussi en bouclant un double quota sur les 2 jours. Bravo à eux, et rendez vous en Septembre à Lanildut pour l’Iroise Cup, en espérant arriver à faire au moins un poisson maillé sur les 2 jours 🙂

Publicités
2 commentaires leave one →
  1. 29 juillet 2011 22 h 55 min

    Bah c est pas de chance… Vous ferez mieux la prochaine fois! C est aussi ca la peche… de temps a autre on se prend de sacrees desilusions, qui font egalement apprecier les jours de « gloire »!

    Sylvain, j ai un bon report pour vous sur les leurres Molix testes sur les Bass U.S.!

    A plus!

    J'aime

    • 29 juillet 2011 23 h 40 min

      Vas y, balance ! j’ai hâte de voir ça ! 🙂
      A+

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :